Dernières mises à jour

Tori Amos, c’est toujours une rencontre. La fille spirituelle de Kate Bush et de Joni Mitchell à son corps plus ou moins défendant, se donne en effet totalement dans sa musique, et ce depuis ses débuts. Ses débuts, justement. Eagle vient d’avoir la très bonne idée de sortir deux concerts en parallèle, tous les deux donnés lors du célèbre festival de Montreux. Ce festival jazz, mais pas que, a en effet accueilli Tori Amos deux ans de suite : juste avant et juste après la sortie de son premier album Little Earthquakes, aux prémices de sa longue prolifique carrière. Et là où la très bonne idée devient une idée géniale, c’est que ce double Live at Montreux sort simultanément en CD et en DVD. Car en concert, Tori Amos sort d’elle-même. On est, à l’époque, bien loin du show aux effets de lumière et perruques coordonnées, mais déjà la pianiste-vocaliste s’enflamme, s’acharne sur son Bösendorfer dans cette position assise si particulière : jambes écartées, face au public, forte et provocante à la fois.
Elle enchaîne les morceaux qui constitueront Little Earthquakes : «Silent All These Years», «Winter», le terrifiant «Me & a Gun» (récit crû du viol dont elle fut la victime) ou les cultes «Precious Things» ou «Crucify», ainsi que des face B plus rares comme «Song for Eric» ou «Upside Down», qu’elle a toujours traitées à égalité avec les chansons de l’album.
Elle glisse aussi des reprises qui lui seront chères tout au long de sa carrière, le «Thank You» de ses idoles Led Zeppelin ou le «Smells Like Teen Spirit» de Nirvana, en hommage à Kurt Cobain. Ses ‘trois mains’ (les deux qui courent sur le piano et la troisième qui chante, selon propres termes) pour seules armes sur cette scène suisse, elle livre deux tours de chant extrêmement bien menés, efficaces et tout en passions. Il est vrai que Tori Amos n’est pas réputée pour se la jouer en demi-teinte, et à raison, de ses cheveux teints en roux flamboyant à sa langue bien pendue lorsqu’elle s’arrête en plein milieu d’un morceau pour faire remarquer à quelques bavards qu’ils sont là pour l’écouter.
Un autre atout de ses deux concerts est justement le respect global du public. Nous sommes en effet dans un festival, au début de sa carrière, devant un public curieux, sage et non-acquis, tout l’opposé en somme d’un concert classique. Il faut dire que Tori Amos a acquis la réputation très méritée d’être dotée d’une base de fans aux frontières de l’hystérie, ce qui rend tout enregistrement live, surtout s’il vient des États-Unis, épidermiquement insupportable. Ici, la part belle est faite à la musique, à la découverte de celle qui allait devenir un phénomène ni rock, ni pop mais peut-être un peu tout cela à la fois.
Si le deuxième concert est forcément plus abouti car postérieur à la sortie et au succès de l’album studio, l’émotion vivace du premier CD est encore plus touchante. Le morceau le plus marquant est probablement l’éponyme «Little Earthquakes», longue ballade lancinante et changeante qui permet à Tori Amos d’exprimer devant son public tous les sentiments contenus dans les chansons de ses débuts prometteurs. La suite, on la connaît. Et justement, seize (!) ans après, c’est un réel bonheur de retrouver cette fougue initiale, ce foisonnement livré de mains de maîtresse, sans pudeur ni retenue.

CD 1 – 1991
01. Silent All These Years
02. Precious Things
03. China
04. Crucify
05. Leather
06. Song For Eric
07. Upside Down
08. Happy Phantom
09. Winter
10. Thank You

CD 2 – 1992
01. Little Earthquakes
02. Crucify
03. Silent All These Years
04. Precious Things
05. Happy Phantom
06. Whole Lotta Love / Thank You
07. Me And A Gun
08. Winter
09. Smells Like Teen Spirit

Également disponible en DVD (même track listing)

Site officiel de Tori Amos : http://www.toriamos.com/
MySpace officiel de Tori Amos : http://www.myspace.com/toriamos
Site non-officiel très complet sur Tori Amos : http://undented.com/

Site de Eagle : http://www.eagle-rock.com/
Site du Festival de Montreux : http://www.montreuxjazz.com/news/index_fr.aspx

Be Sociable, Share!


Fermé pour embellissement.